La théorie du dessin multidimensionnel

Hypothèse : une Oeuvre graphique n'a-t-elle qu'une échelle d'interprétation ? 

Pourrait-elle contenir, en elle-même, d'autres oeuvres situées à des échelles plus petites ?
Pourrait-elle également, à des échelles macroscopiques, faire partie intégrante, à notre insu, d'un ensemble beaucoup plus grand, telle un pixel au sein d'une Méta-Oeuvre artistique ?
Appelons "dimension" l'échelle d'interprétation d'une l'Oeuvre.
L'échelle normale (ou dimension "zéro") est la distance moyenne nécessaire à l'oeil humain pour contempler l'oeuvre graphique de petite, grande ou très grande taille.
La Question est : une Oeuvre ne possède-t-elle qu'une seule "dimension" d'interprétation ?
Que se passe-t-il lorsqu'on procède à un grossissement de l'oeuvre , au niveau des détails insoupçonnés et invisibles à l'oeil nu ?
Que voyons-nous lorsque nous plongeons beaucoup plus loin..aux dimensions -1, -2, -10,..,-n, ...au coeur-même de l'Oeuvre, dans ses entrailles les plus profondes ?
Allons-nous découvrir avec stupéfaction d'autres "oeuvres sous-jacentes", des mini-oeuvres à l'intérieur-même de l'Oeuvre initiale ?
Se peut-il que l'auteur du tableau, sans même le savoir ni le vouloir, ait pu engendrer de nouvelles créations originales, chefs-d'oeuvre microscopiques ou quantiques, invisibles à la dimension normale, mais bien réelles et non dénuées de sens ni de beauté aux dimensions inférieures..?Que se passe-t-il cette fois lorsque nous prenons de plus en plus de recul vers des dimensions +1, +2, ...+n, jusqu'à ce que notre oeil ne perçoive plus l'Oeuvre que comme un infime point lumineux ?
Imaginez alors que nous découvrions que cette Oeuvre, devenue à nos yeux ce "point imperceptible", est en réalité l'infime partie d'une immense Oeuvre, sorte de "gigantesque puzzle cosmique" que nos yeux et notre esprit interprèteraient de manière progressive mais irréversible au cours de notre éloignement... ?
Nous sommes alors confrontés inévitablement à cette interrogation : quelle est la vraie interprétation de l'Oeuvre initiale ?
Est-ce l'interprétation à sa dimension "normale", celle à laquelle l'oeuvre fut réalisée par son créateur (dimension "zéro") ou bien alors les multiples interprétations (possibles) découvertes aux dimensions infinitésimales ou macroscopiques ?
En faisant un parallèle avec notre quotidien, nous pourrions dire qu'à notre dimension "humaine" , notre interprétation du Monde est réellement très différente des interprétations faites au niveau de l'infiniment petit ou de l'infiniment grand...!
Scientifiquement parlant, la Mécanique quantique propose une vision de l'Univers qui ne ressemble en rien à celle suggérée par la Relativité Générale, et encore moins à notre vision quotidienne humaine du Monde terrestre ...
Alors , échelles différentes : interprétations différentes et Mondes différents..?
Pourtant, aussi bien dans le cas de notre Oeuvre "Humaine" que dans celui de l'Oeuvre Terrestre ou cosmique, il s'agit pourtant d'une seule et même "Toile" : l'Univers, avec tout ce qui le compose !
Ces différentes "couches" de Réalité découvertes lors de notre "exploration artisitique" soit à l'intérieur de l'Oeuvre, soit en s'en éloigant, et susceptibles de recéler des chef-d'oeuvres issus d'une création "aléatoire", sont en fait des niveaux de réalité déjà mis au jour par la Science moderne . Notre réflexion "artistique" emprunte le même cheminement intellectuel que le raisonnement scientifique ou même philosophique...
Dans le cas des dimensions infinement petites, nous serions presque tentés de croire à la possibilité que l'Oeuvre initiale ait pu en quelque sorte "féconder" ses propres oeuvres...,oeuvres miniatures, créées à l'insu-même de leur Auteur, mais bien réelles, générées lors de l'éxécution de l'Oeuvre à sa dimension zéro (ou humaine) ...
Dans le cas des dimensions infiniment grandes, l'éloignement peut nous conférer la capacité d'interpréter autrement l'oeuvre originelle, d'élargir notre champ de perception pour finalement intégrer une vision globale d'un processus beaucoup plus vaste qui nous dépasse par sa complexité et sa magnificence...
Mais à bien y réfléchir, nos spéculations "artistiques" ne sont pas dénuées de sens : au sein de notre Monde Réel, la Physique a bien démontré qu'il y a des oeuvres dans les Oeuvres elles-mêmes....!
Et nous pourrions même dire qu'il existe une "infinité d'oeuvres" au sein d'une "infinité de dimensions" : ce sont simplement tous les niveaux de réalité composés par les particules, les atomes, les cellules, la Matière, le Vivant, l'Esprit, ...les Idées.
La Création est là, présente autour de nous, en nous et en tous les êtres qui nous entourent, en tout ce que nous faisons, produisons, pensons,.. elle n'a de cesse de perpétuer son mystérieux Processus, indéfini et infini....
Que notre interprétation du Monde soit Artistique , Scientifique ou bien philosophique, c'est finalement toujours notre Esprit qui tente de dépeindre ou de formaliser une seule et même réalité, LA Réalité.
Atteindre cette Réalité , cette vision complète et multidimentionnelle de l'Univers, depuis l'infiniment petit jusqu'à l'inifiment grand, serait alors l'aboutissement utlime d'une quête millénaire Philosophique et Scientifique, l'Alpha et l'Omega se rejoignant pour permettre à l'Humanité de franchir une nouvelle étape de son Evolution...
Mais la question de l'existence d'une Réalité "objective" reste ouverte...